logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/01/2008

Bref historique du Moustier

BREF HISTORIQUE DU MOUSTIER.
D’après l’œuvre de Monsieur Schweitzer.


Notre faubourg a été habité dès l’époque gallo-romaine.
Au 3es, une famille, du nom de Potentius y avait édifié un camps fortifié: Castrum Potentiacum ( un des noms anciens de Châteauponsac), à l’emplacement actuel du Moustier, site défensif dominant un méandre de la Gartempe
Ce centre était toujours actif au début du 5es, ainsi que le prouve la découverte sur le terrain du « Chastelard » d’une pièce d’or à l’effigie de l’empereur Honorius.

Au Ves, le monde romain s’effondre; les Germains brûlent les bourgs et détruisent tout sur leur passage. L’emplacement de l ‘ancien domaine fortifié est abandonné et la « villa » est ses dépendances sont rebâties au croisement des routes nord-sud et ouest-est (actuelle place Mazurier).

Au VIes, un ermite s’installe au lieu-dit maintenant de « Saint-Martial ». Au VIIIes, cet ermitage est remplacé par une petite chapelle.

Au Xes, un certain Aimeric était propriétaire d’un très important domaine . L’exploitation d’une partie du domaine avait été confiée à des tenanciers: maçons, charpentiers, menuisiers, charrons, sabotiers,selliers, cordonniers, forgerons, maréchaux-ferrants, tisserands, fabricants de draps, huiliers. Puis, c’étaient installés des voituriesr, des marchands et aussi des hôteliers.
Ces tenanciers ne devaient aucune redevance au seigneur si ce n’était la rente symbolique du «  Reibeineix » : le jour du premier de l’an, ou le dimanche suivant, les jeunes gens célibataires ou à marier étaient tenus de présenter au seigneur, dans une branche de laurier chargée de rubans, un roitelet vivant ou Reibeinex. Ces jeunes gens juraient l’avoir capturé sans fraude, c’est-à-dire à la course et à la main. La chasse que l’on faisait pour attraper ce petit oiseau était une véritable réjouissance pour tout le pays et duarit quelquefois plusieurs jours. Ensuite, on portait le laurier et le roitelet à la grand-messe. Et la ville et sa banlieue se trouvaient exemptes de toutes rentes qu’elles auraient payées si cette obligation n’avait pas été satisfaite.
Durant ce siècle, le premier bourg de Châteauponsac s’édifie autour de l’église St-Martin (Place Mazurier) qui possédait des reliques de son saint patron, le grand évangélisateur des Gaules.

Au XI es, des moines bénédictins quittent l’abbaye de Déols, près de Châteauroux pour construire un monastère, terminé en 1042.
Il possédait une chapelle, édifive roman au plan cruciforme, destiné à la célébration des offices. Les reliques de St-Thyrse furent déposées au centre de l’autel principal.

Au XII es, au sud du monastère bénédictin, se construisait une véritable ville neuve, dont les habitants, pour la plupart des petits artisans se partageaient les terres vacantes du « Chastelard » et de ses environs. Ces terres leur avaient été concédées »franches de tout droit de cens » (libre de toute taxe) , autre que le droit tout symbolique du roitelet ou « Reibeinex » par les moines ; ceux-ci se réservant l’emplacement même des ruines de l’ancien castrum gallo-romain qui constituaient pour eux une belle pierrière. Ainsi, se créait un groupement auquel la forme même de la plateforme imposait l’aspect d’un « village-rue ». En raison de sa situation géographique, par rapport au monastère, il prenait le nom de « SOUS LE MOUSTIER ».

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique